La responsabilité de chacun·e dans la quête de sens au travail

La quête de sens au travail est un cheminement collectif ET individuel. Alors, de votre côté, que pouvez-vous y faire ?

Quête de sens au travail

Que doit comprendre un employeur lorsque l’un de ses collaborateurs lui annonce qu’il s’ennuie, qu’il ne comprend plus l’intérêt de son métier ? Faut-il obligatoirement changer de job pour assouvir son désir de faire quelque chose d’utile, quelque chose de « bien » ? Prendre le temps de redéfinir ce qu’est la quête de sens au travail nous a permis de vous apporter des éléments de réponses à ces questions. En plus de cela, nous vous donnons 5 pistes concrètes pour (re)donner du sens à sa vie professionnelle ou à celle des autres !

Quête de sens au travail : que cherche-t-on réellement ?

Contribuer aux enjeux de la transition écologique et/ou sociale (57 %), « se sentir utile » (53 %) et « concilier vie professionnelle et vie personnelle » (37%) [1]. Voici les premières réponses sélectionnées par les répondants à une enquête menée en 2021, sur ce qui, pour eux, se cache derrière cette fameuse notion de sens au travail. Creusons ensemble ces trois points !

Avoir un impact positif sur le monde : la définition courante de la quête de sens au travail

Qui n’a pas entendu au moins une fois le récit d’un changement de vie radical ? « Elle était à la tête de la communication d’une grosse boîte et elle a tout plaqué pour devenir apicultrice. » ; « Il travaillait 60 heures par semaine à La Défense puis il a ouvert une petite maison d’hôtes en Auvergne. » Ces histoires-là existent et sont inspirantes, mais aussi intimidantes. Elles font d’ailleurs l’objet d’un podcast signé Europe 1, intitulé L’Envol. Celui-ci faisait partie des 5 podcasts sur le travail dont nous vous avons déjà parlé dans un précédent article, afin d’apprendre à repenser le monde professionnel. 

Ces récits ont en commun une reconversion motivée par une forte recherche de sens au travail, dans la signification que nous lui accordons le plus souvent. Nos emplois ne nous servent plus seulement à vivre – au sens biologique du terme – ils sont aussi un moyen d’exister. Exister, c’est trouver sa place dans la société, développer des compétences, s’accomplir, se sentir utile. Un programme ambitieux que nous sommes finalement peu nombreux à suivre !

Avoir un équilibre vie pro / vie perso : une définition plus personnelle de la quête de sens au travail

Il est vrai que lorsqu’on évoque la quête de sens au travail, on songe d’abord à ce désir ardent d’avoir un impact positif sur le monde. Un autre aspect de cette quête de sens, plus individualiste, a cependant tendance à être oublié. Le Larousse donne, entre autres, la définition suivante du mot « sens » : « finalité de quelque chose, ce qui le justifie et l’explique ». 

Trouver du sens à son travail, c’est donc aussi être en accord avec ce que nous recevons en échange de ce que nous donnons. Par exemple, si je considère que le temps que je consacre à mon travail m’offre un salaire décent tout en me garantissant la flexibilité d’horaires que je recherche, je peux dire que mon travail a du sens, pour moi. Pourquoi ? Car il me permet de vivre comme je le souhaite, parce que j’y trouve mon compte. Autrement dit, c’est à mes yeux un compromis qui en vaut la peine.

« Il n’y a pas de métiers qui ont plus de sens que d’autres »

La bonne nouvelle de cette vision, c’est que nous pouvons trouver du sens dans n’importe quel métier. Si notre profession n’a pas pour vocation première de rendre le monde meilleur, peut-être nous laisse-t-elle assez de temps pour prendre soin de nos proches ou pour rejoindre une association. Et ça aussi, ça a du sens ! 

5 pratiques pour (se) créer un environnement de travail plus significatif

🚧 Réorienter son métier

La reconversion n’est pas l’unique option. Vous n’avez pas besoin de partir élever des alpagas pour redonner du sens à votre travail, ni de prendre une année sabbatique pour aller faire de l’humanitaire (même si la seconde idée reste chouette !). L’une des choses les plus simples à faire est de donner un autre sens à votre métier, c’est-à-dire une nouvelle direction.

Prenons l’exemple d’un développeur web. Ce dernier peut travailler sur le site web d’une marque de fast-fashion, comme il peut viser à améliorer celui d’une entreprise de tourisme vert.

Ahmad est un Afghan qui, à l’époque où fut tournée la vidéo que nous vous partageons ci-dessous, aspirait à devenir développeur web. Il avançait deux raisons à ce choix. Premièrement, les débouchés de cette profession devaient lui permettre de trouver un emploi afin de faire venir sa famille en France. Ensuite, Ahmad ambitionnait de lancer un site Internet permettant à d’autres Afghans d’apprendre le français. Niveau sens au travail, Ahmad coche toutes les cases !

La question à se poser est donc la suivante : je possède telles compétences, à quelle fin est-ce que je souhaite les utiliser ?

😍 Faire du mécénat de compétences

Le mécénat de compétences, cela vous parle ? Il s’agit de la possibilité, pour les entreprises, de mettre les compétences de leurs collaborateurs au service d’associations. Cela peut être pour quelques heures, quelques jours, voire quelques mois.

Pour les salarié·es, c’est une occasion en or de donner un sens supplémentaire à leur travail et de s’investir dans des causes qui leur tiennent à cœur. La mission de mécénat de compétences s’effectue sur le temps de travail de l’employé·e, sans perte de salaire.

Ceci était un aperçu des nombreux avantages de ce dispositif, mais vous pouvez en savoir plus dans notre article sur les 8 atouts incontestables du mécénat de compétences.

Cercle vertueux mécénat de compétences

Concrètement, comment fonctionne le mécénat de compétences ? L’entreprise identifie des projets qui correspondent à ses valeurs et à sa politique de responsabilité sociale. Une fois les projets sélectionnés, elle mobilise ses salarié·es volontaires et compétent·es pour contribuer à leur réalisation. Par exemple, des ingénieurs peuvent apporter leur expertise technique à la construction d’un bâtiment écologique, des spécialistes du marketing peuvent aider une association à développer une campagne de sensibilisation, ou des experts en gestion peuvent conseiller une ONG sur son organisation interne.

L’initiative peut venir de l’employeur comme de l’employé·e. Dans un cas comme dans l’autre, Day One vous accompagnera, si vous le souhaitez, pour répandre l’engagement solidaire au sein de votre entreprise !

📅 Donner des jours de congé à un·e collègue

Lorsque le malheur vient frapper non loin de nous, nous pouvons vite nous sentir désemparé·es, impuissant·es. Un droit méconnu, et pourtant accessible à toute entreprise, permet de soulager rien qu’un peu celui ou celle qui a besoin de soutien. Il s’agit du don de jours de repos, un dispositif autorisant n’importe quel·le salarié·e à renoncer anonymement, et sans contrepartie, à tout ou partie de ses jours de repos non pris. L’accord de l’employeur est indispensable. Le Code du travail admet la transmission de jours de congé à un·e collègue dans 3 situations : 

  • Un enfant de moins de 20 ans atteint d’une maladie, d’un handicap ou d’un accident grave ;
  • Un proche handicapé ou en perte d’autonomie grave ;
  • Le décès d’un enfant de moins de 25 ans.


Tendre la main à celui qui en a besoin, n’est-ce pas le geste le plus empli de sens qui puisse exister ?

💶 Mettre son argent au service d’une cause

Nous avons bien conscience que cette piste pour donner plus de sens à son travail n’est pas accessible à tout le monde. Mais si les fins de mois ne sont pas des périodes compliquées pour vous, financièrement parlant, pourquoi ne pas donner un pourcentage de votre salaire à une association qui vous inspire ? Votre travail aura tout à coup plus de sens, puisqu’il permettra de soutenir celles et ceux qui œuvrent pour un monde meilleur.

Mask group 4

🧭 Organiser un team building solidaire

Les collaborateurs apprécient ces événements qui permettent de créer des liens différemment et de changer d’air. Au-delà de l’amusement, un team building solidaire peut aussi être une façon d’affirmer l’engagement d’une entreprise et de fédérer les équipes autour de ces belles valeurs. Pour cela, on favorisera des activités de plein air et des projets de préservation de l’environnement. Les salarié·es peuvent par exemple participer à une session de nettoyage d’un environnement naturel, à une action de reforestation ou de conservation, à des ateliers autour de problématiques RSE, etc.

Le saviez-vous ? 💡

62 % des actifs estiment que l’engagement actif d’une entreprise dans la transition écologique constitue un élément d’attractivité employeur[2].

Le sens au travail, cela se travaille, tant du côté de l’employeur que de l’employé·e ! Cette pensée a le goût du stoïcisme, une doctrine philosophique qui nous incite à ne pas perdre trop de temps sur ce que nous ne pouvons pas changer pour plutôt nous concentrer sur ce qui dépend de nous. À méditer ! 

« Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l'être mais aussi la sagesse de distinguer l'un de l'autre. »

Devenez acteur d'un monde meilleur - inscrivez-vous à la newsletter !

Recevez des actions, conseils et bonnes pratiques pour vous permettre d’agir pour une société plus durable et solidaire !

Partager l’article sur

Devenez acteur d'un monde meilleur - inscrivez-vous à la newsletter !

Recevez des actions, conseils et bonnes pratiques pour vous permettre d’agir pour une société plus durable et solidaire !

6 étapes

pour mettre en place une démarche d’engagement solidaire en entreprise