L'engagement solidaire : source de bien-être au travail

Proposez des solutions concrètes pour contribuer à l’épanouissement de vos collaborateurs.

Avec la période post-covid, le monde du travail s’est invité chez nous et a accentué un grand nombre de questions dans l’esprit des salariés : « Mon travail me rend-il heureux ?” “Y a-t-il du sens dans ce que j’entreprends au travail”, “Est-ce que je suis utile ?”. Vous êtes dirigeants, managers, responsables RH, RSE ou en communication et ces questions vous sont familières ?
Aujourd’hui, changement d’ère 🍃!
Besoin d’utilité, de sens et d’une vraie Qualité de Vie au Travail (QVT), tout comprendre et y répondre. C’est par là ! 🚀

illustration bien-être au travail et qvt

1. Entre crise sanitaire et crise identitaire

La crise sanitaire a bousculé toutes les habitudes de travail en réduisant drastiquement la présence des salarié·e·s au bureau. La normalisation du télétravail s’est soldée par une crise identitaire à la fois auprès des entreprises mais aussi des collaborateurs. Cette crise a eu pour conséquences une détérioration de la santé mentale des salariés et un bouleversement du fonctionnement des organisations (absentéisme, turn-over, multiplication des conflits).

nombre 69%

C’est la part des salariés français qui affirment être désengagés. [1]

Le désengagement au travail est le fruit d’un manque de sens ressenti par un bon nombre de collaborateur·rice·s. On parlera ici de dissonance cognitive. Selon, EVE programmes, “cette dissonance, qui correspond à un déséquilibre cognitif, peut résulter d’une contradiction interne. Quand nos pensées, émotions, valeurs et comportements ne sont plus en phase, la tension apparaît.” En résumé, les salariés manquent cruellement de sens au travail, se questionnent sur leur utilité et tentent d’être en accord avec les valeurs de l’entreprise.

Ce désengagement n’est pas sans conséquences puisqu’il représente un investissement considérable :

14 310€ par salarié

C’est le coût 💰 du désengagement moyen annuel en France en 2020. [2]

Il est calculé à partir de l’IBET (Indice de Bien-Être au Travail). Le cabinet Mozart Consulting et le Groupe APICIL apportent les détails sur la répartition des coûts intermédiaires de l’IBET liés au désengagement  :

désengagement IBET

62% des coûts sont liés au turn-over : démissions, licenciements non-économiques, sorties en périodes d’essai et les ruptures conventionnelles réciproques.

38% des coûts sont liés à la non-disponibilité des salariés : accidents de travail et absentéisme pour maladie.

Au-delà des risques financiers, on observe de réelles conséquences psychiques et physiologiques chez les collaborateurs : dépression, anxiété, stress et irritabilité.😰Les cas de brown-out (le travail perd son sens) et de bore-out (épuisement professionnel) se multiplient. On parle aujourd’hui d’une réelle crise du bien-être.

💡Le saviez-vous ?


45%
des salariés français sont aujourd’hui en détresse psychologique, dont 20% en taux de détresse psychologique élevée. (Source : Baromètre T6 Empreinte Humaine ⅓, mars 2021)

Pour faire face à ces situations grandissantes, de nombreuses solutions ont émergé pour pallier la détresse mentale des salariés : cellules psychologiques, numéros verts, congés maladie etc.
Objectif : prendre conscience et agir pour le bien-être au travail. 💪🏻

2. Bien-être au travail et bonheur au travail, quelle différence ?

On pense souvent que le bien-être au travail nous apportera le bonheur et inversement. Or, ces deux concepts sont bien différents. Voyons ça de plus près 🔎

👉 Le bien-être au travail, selon l’OMS correspond à un « état d’esprit caractérisé par une harmonie satisfaisante entre, d’un côté, les aptitudes, les besoins et les aspirations du travailleur, et de l’autre,  les contraintes et les possibilités du milieu de travail ». 

D’après le Sondage OpinionWay, différents critères influent sur le bien-être au travail :

1. Entretenir de bonnes relations avec ses collègues ;

2. Travailler dans un environnement sain, sécurisant et bienveillant ;

3. Avoir la possibilité d’aménager ses horaires de travail ;

4. Avoir un bon équilibre entre la vie personnelle et la vie professionnelle ;

5. Sentiment d’épanouissement et d’utilité ; 

6. Obtenir de la reconnaissance de sa hiérarchie ;

7. Être écouté. 

Pour atteindre le bien-être au travail, ces critères, facteurs essentiels de la Qualité de Vie au Travail (QVT), doivent être réunis. Pour y veiller, les départements RH et RSE innovent et des postes tels que les chief happiness officers sont créés dans les entreprises pour améliorer le bien-être au travail.

👉 Le bonheur lui, est, au sens philosophique du terme [3] : “un état de satisfaction complète caractérisé par sa stabilité et sa durabilité. Le bonheur est un état global. L’homme heureux est comblé. Il vit une forme de plénitude”.

Le bonheur au travail se définit comme une expérience subjective. Il détermine la façon dont les salariés ressentent leur travail. C’est une aspiration totalement personnelle.

📝 Pour récapituler :

tableau bien-être au travail vs bonheur au travail

Ainsi, nous parlerons de bien-être au travail ! Quelles solutions et quelles actions concrètes mettre en place pour réinventer le bien-être au travail au sein de votre entreprise ? ✨

3. La quête de sens : le nouveau fer de lance du bien-être des salariés

Quand le baby-foot ne suffit plus à apporter du bien-être au travail

Pour de nombreuses organisations, le bien-être au travail passait exclusivement par les infrastructures mises à disposition pour les salarié·e·s. On connaît tous les salles de repos, les salles de jeux avec ce fameux baby-foot 🎮, les salles de sport 🏋, l’espace café ☕ ou encore les bureaux qui baignent sous la lumière naturelle garnis de plantes et autres verdures pour donner un cadre harmonieux et relaxant. 🌿

Aujourd’hui, les entreprises font face à de nouvelles attentes des collaborateurs : plus d’impact, plus d’utilité mais surtout plus de sens au travail. De nouveaux enjeux immatériels qui amènent à se demander : mais qu’est-ce que cette fameuse “quête de sens” ? 🤔

Répondre à la quête de sens des salariés : une condition sine qua non pour plus de bien-être au travail

Dans son article, Mia Leijssen, psychothérapeute et professeur au département de psychologie, rapporte une définition de la recherche de sens établie par des chercheurs.
Ils définissent la recherche de sens comme une “quête d’ordre, de cohérence et de sens à la vie, la poursuite d’objectifs qui en valent la peine, et le fait que cette quête soit associée à une certaine satisfaction.”

💭Être en quête de sens, c’est finalement vouloir se sentir utile, éprouver de la satisfaction dans ce que l’on entreprend en raccord avec nos valeurs et exercer un impact positif sur la société dans laquelle nous sommes.

nombre 51%

C’est la part des cadres qui estiment “très important” d’exercer un métier qui a du sens. [4]

Selon un rapport de recherche de l’IRSST (Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail) , un travail qui a du sens se base sur plusieurs caractéristiques :

👀 être perçu comme utile aux autres
💪 exercer son travail en autonomie
🚀 développer des compétences
⚡ travailler dans un environnement stimulant
🙏 recevoir de la reconnaissance et du respect pour son travail

Pour répondre à la quête de sens des salariés, on vous propose une solution RH innovante : l’engagement solidaire permettant à la fois de réaligner les valeurs des collaborateur·trice·s avec celle de l’entreprise et de booster l’image et la démarche sociétale de la structure.

Devenez acteur d'un monde meilleur, inscrivez-vous à la newsletter !

Recevez des actions, conseils et bonnes pratiques pour vous permettre d’agir pour une société plus durable et solidaire !

En cas de non chargement du formulaire, cliquez ici pour continuer.

4. L’engagement solidaire : une solution pour réinventer le bien-être au travail

L’engagement solidaire, quèsaco ?

D’après les définitions tirées du dictionnaire, l’engagement représente un “acte par lequel on s’engage à accomplir quelque chose” et l’adjectif solidaire désigne des “personnes qui sont ou se sentent liées par une responsabilité et des intérêts communs.”

L’engagement solidaire se définit comme suit :

C’est le fait de s’investir pour une cause ou de participer à un événement. C’est aussi une chose qui va au-delà de notre propre individu, qui nous dépasse. C’est la capacité à s’engager pour autrui, avec autrui et placer la solidarité au centre de ses préoccupations.

S’engager, c’est donner quelque chose de soi qui a du sens.

François Prouteau, Co-fondateur de l’Institut de Formation de Fondacio en Europe (IFF Europe)

Promouvoir l’engagement solidaire en entreprise, c’est donner la possibilité aux collaborateur·trice·s de s’engager pour des causes qui leur tiennent à cœur et leur permettre de donner quelque chose d’eux qui fait sens. En s’engageant, ils mettront leurs savoir-faire et savoir-être au service de l’intérêt général.

pyramide des besoins de Maslow

La solidarité répond à 3 besoins fondamentaux, placés au sommet de la “pyramide de Maslow” :

👉 le « besoin d’accomplissement” (quête de sens)
👉 le « besoin d’estime » (de soi et de la part des autres)
👉 le « besoin d’appartenance »

Rendre accessible l’engagement solidaire en entreprise, c’est répondre au besoin de quête de sens des salarié·e·s, ce qui améliorera, de manière indirecte, leur bien-être, leur QVT et donc leur performance !
Tout en renforçant votre démarche sociétale, vous concrétisez votre démarche RSE (article dédié ici) en intégrant, dans votre stratégie, les préoccupations de l’ensemble des parties prenantes de la société et de l’environnement.

Comment mettre en œuvre, de façon concrète, une démarche d’engagement solidaire ? 🤔

On retrouve la solidarité sous diverses formes :

🚶Au quotidien

♻️ Tri des déchets
🌱Consommation locale et responsable
🏬Micro Dons en caisse
🙋Bénévolat
😎Mentorat
💚Dons en nature ou financiers

🏢En entreprise

🔥Partage de savoir-faire sur le temps de travail : mécénat de compétences
👥Événements en équipe : défis sportifs, opérations caritatives, team-building solidaires
🙌Collectes solidaires
💸Dons financiers

Le mécénat de compétences : un dispositif gagnant-gagnant de l’engagement solidaire en entreprise

Prêter un collaborateur à une association sur son temps de travail, ça s’appelle faire du mécénat de compétences. Ce dispositif soutenu par l’État, donne droit à une réduction d’impôt de 60% du salaire brut du collaborateur en mission au sein d’une association d’intérêt général. (Tout savoir sur le mécénat de compétences : ici)

Depuis sa création en 2004, les études convergent [5] pour témoigner des avantages à la mise en place d’une telle démarche d’engagement sociétale :

bien-être au travail collaborateurs

Un impact direct sur les collaborateurs :

Un niveau de bien-être 5x plus élevé
Un niveau d’implication 4x plus élevé
Un développement des soft skills 2x plus élevé

Des résultats forts pour l’entreprise :

Une réduction du turn-over de -57%
Une augmentation de la performance de +17%
Booster l’image de marque de +88%

Illustration bien-être au travail

Et ce n’est pas tout ! [6] L’adoption de ce dispositif représente une preuve concrète de votre engagement sociétal. Il permet de renforcer et de concrétiser la démarche RSE de votre entreprise et d’acquérir, en fonction de votre niveau d’engagement, des certifications internationales telles que l’ISO 26000, LUCIE, AFNOR ou encore B-Corp.

5. L’engagement solidaire sous forme d’actions concrètes accessibles à tous en quelques clics ! 🖱

Vous ne nous connaissez pas encore ? Nous, c’est Day One, la start-up sociale qui rend vos salariés acteurs de votre démarche sociétale ! ✊🏻Grâce à notre plateforme solidaire, vous allez pouvoir choisir, parmi nos 4 programmes d’engagement celui qui répondra le mieux à vos besoins.

Des programmes d’engagement permettant à vos collaborateurs de trouver les actions solidaires qui leur correspondent en fonction :

💚 des causes qu’ils souhaitent défendre ;
💼 de leurs compétences professionnelles ;
📍 de leur localisation ;
🕘 de leur disponibilité ;
⏳ de la durée des missions ;
👩 s’ils souhaitent s’engager seuls ;
👥 ou à plusieurs ;
👨‍💻 en télétravail ;
👣 ou sur le terrain.


Choisir l’engagement solidaire, c’est répondre à la quête de sens des salarié·e·s, à leur besoin d’utilité et redonner de la valeur à leurs compétences. Miser sur une démarche d’engagement sociétal forte, c’est aussi renforcer sa stratégie RSE , sa marque employeur et accroître sa rentabilité. Parce que le bien-être des uns, fait aussi le bien-être des autres !

Sources :

[1] State of the Global Workplace – Gallup Report, 2017
[2] Groupe APICIL, Étude 2020 de l’IBET
[3] Dicophilo
[4] Apec, Salariat et autres formes d’emploi, 2019
[5] BCG / McKinsey / IFOP
[6] La retraite en clair, Le mécénat de compétences, fonctionnement et avantages, avril 2021

PARTAGER L’ARTICLE SUR